Informations

Combien de fois un simple brin d'ARNm est-il traduit en une protéine ?

Combien de fois un simple brin d'ARNm est-il traduit en une protéine ?



We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

En d'autres termes, l'ARNm est-il endommagé ou « marqué comme terminé » dans le processus de traduction ? Ou sort-il de l'autre côté d'un ribosome prêt à être traduit à nouveau ? Dans ce dernier cas, combien de copies d'une protéine résultent d'un seul brin d'ARNm ?

Merci d'avance!


Je réponds à ma propre question pour le bénéfice de tous ceux qui pourraient s'interroger à ce sujet. (Veuillez noter que je ne suis qu'un programmeur, pas un biologiste, mais grâce au commentaire de David, j'ai pu arriver à ce que je pense être des conclusions correctes.)

Un seul brin d'ARNm peut être traduit plusieurs fois, même plus d'une fois à la fois. Lespolysomeauquel David fait référence est un groupe de deux ou plusieurs ribosomes tous attachés au même brin d'ARNm, travaillant tous à le traduire simultanément.

Je pense qu'il est possible qu'un seul brin d'ARNm soit traduit des centaines voire des milliers de fois. Mon raisonnement est qu'un virus injecte une copie de son ARN dans une cellule, et à partir de cette copie, de nouveaux virus sont répliqués jusqu'à ce que la cellule éclate. Cette "taille d'éclatement" varie selon la cellule hôte et le virus, mais elle peut aller de centaines à des dizaines de milliers ou plus. Bien qu'il y ait encore beaucoup de choses que je ne comprends pas sur les étapes spécifiques par lesquelles passe l'ARN (y a-t-il des copies intermédiaires à partir desquelles plusieurs brins d'ARNm sont produits ?, etc.), cela semble toujours suggérer qu'un seul brin de L'ARNm peut être beaucoup traduit.


Complexe de silençage induit par l'ARN

Les Complexe de silençage induit par l'ARN, ou RISC, est un complexe multiprotéique, en particulier une ribonucléoprotéine, qui fonctionne dans le silençage génique via une variété de voies aux niveaux transcriptionnel et traductionnel. [1] En utilisant des fragments d'ARN simple brin (ARNss), tels que des microARN (miARN) ou des petits ARN interférents double brin (siARN), le complexe fonctionne comme un outil clé dans la régulation des gènes. [2] Le simple brin d'ARN agit comme une matrice pour que RISC reconnaisse le transcrit d'ARN messager complémentaire (ARNm). Une fois trouvée, l'une des protéines de RISC, Argonaute, active et clive l'ARNm. Ce processus est appelé ARN interférence (ARNi) et on le trouve chez de nombreux eucaryotes, c'est un processus clé dans la défense contre les infections virales, car il est déclenché par la présence d'ARN double brin (dsRNA). [3] [4] [1]


Contenu

La brève existence d'une molécule d'ARNm commence par la transcription et se termine finalement par la dégradation. Au cours de sa vie, une molécule d'ARNm peut également être traitée, modifiée et transportée avant la traduction. Les molécules d'ARNm eucaryotes nécessitent souvent un traitement et un transport étendus, contrairement aux molécules d'ARNm procaryotes. Une molécule d'ARNm eucaryote et les protéines qui l'entourent sont appelées ensemble un RNP messager.

Transcription Modifier

La transcription est lorsque l'ARN est copié à partir de l'ADN. Au cours de la transcription, l'ARN polymérase fait une copie d'un gène de l'ADN vers l'ARNm selon les besoins. Ce processus diffère légèrement chez les eucaryotes et les procaryotes. Une différence notable est que l'ARN polymérase procaryote s'associe aux enzymes de traitement de l'ADN pendant la transcription, de sorte que le traitement peut se dérouler pendant la transcription. Par conséquent, le nouveau brin d'ARNm devient double brin en produisant un brin complémentaire connu sous le nom de brin d'ARNt, qui, lorsqu'il est combiné, est incapable de former des structures à partir de l'appariement de bases. De plus, la matrice de l'ARNm est le brin complémentaire de l'ARNt, dont la séquence est identique à la séquence anticodon à laquelle l'ADN se lie. Le produit à courte durée de vie, non transformé ou partiellement transformé est appelé ARNm précurseur, ou pré-ARNm une fois complètement traité, il est appelé ARNm mature.

Traitement des pré-ARNm eucaryotes Modifier

Le traitement de l'ARNm diffère grandement parmi les eucaryotes, les bactéries et les archées. L'ARNm non eucaryote est, par essence, mature lors de la transcription et ne nécessite aucun traitement, sauf dans de rares cas. [2] Le pré-ARNm eucaryote, cependant, nécessite plusieurs étapes de traitement avant son transport vers le cytoplasme et sa traduction par le ribosome.

Épissage Modifier

Le traitement extensif du pré-ARNm eucaryote qui conduit à l'ARNm mature est l'épissage de l'ARN, un mécanisme par lequel les introns ou les outrons (régions non codantes) sont éliminés et les exons (régions codantes) sont réunis.

Ajout d'une casquette de 5' Modifier

UNE casquette 5' (également appelée coiffe ARN, coiffe ARN 7-méthylguanosine ou coiffe ARN m 7 G) est un nucléotide guanine modifié qui a été ajouté à l'extrémité « avant » ou 5' d'un ARN messager eucaryote peu de temps après le début de transcription. La coiffe 5' est constituée d'un résidu terminal 7-méthylguanosine qui est lié par une liaison 5'-5'-triphosphate au premier nucléotide transcrit. Sa présence est critique pour la reconnaissance par le ribosome et la protection contre les RNases.

L'addition de la coiffe est couplée à la transcription et se produit de manière co-transcriptionnelle, de sorte que chacune influence l'autre. Peu de temps après le début de la transcription, l'extrémité 5' de l'ARNm synthétisé est liée par un complexe de synthèse de coiffe associé à l'ARN polymérase. Ce complexe enzymatique catalyse les réactions chimiques nécessaires au coiffage de l'ARNm. La synthèse se déroule comme une réaction biochimique à plusieurs étapes.

Édition Modifier

Dans certains cas, un ARNm sera modifié, modifiant la composition nucléotidique de cet ARNm. Un exemple chez l'homme est l'ARNm de l'apolipoprotéine B, qui est modifié dans certains tissus, mais pas dans d'autres. L'édition crée un codon d'arrêt précoce qui, lors de la traduction, produit une protéine plus courte.

Polyadénylation Modifier

La polyadénylation est la liaison covalente d'une fraction polyadénylique à une molécule d'ARN messager. Chez les organismes eucaryotes, la plupart des molécules d'ARN messager (ARNm) sont polyadénylées à l'extrémité 3', mais des études récentes ont montré que de courts segments d'uridine (oligouridylation) sont également courants. [3] La queue poly(A) et la protéine qui lui est liée aident à protéger l'ARNm de la dégradation par les exonucléases. La polyadénylation est également importante pour la terminaison de la transcription, l'exportation de l'ARNm du noyau et la traduction. L'ARNm peut également être polyadénylé dans les organismes procaryotes, où les queues poly(A) agissent pour faciliter, plutôt que d'entraver, la dégradation exonucléolytique.

La polyadénylation se produit pendant et/ou immédiatement après la transcription de l'ADN en ARN. Une fois la transcription terminée, la chaîne d'ARNm est clivée par l'action d'un complexe d'endonucléase associé à l'ARN polymérase. Après le clivage de l'ARNm, environ 250 résidus d'adénosine sont ajoutés à l'extrémité 3' libre au niveau du site de clivage. Cette réaction est catalysée par la polyadénylate polymérase. Tout comme dans l'épissage alternatif, il peut y avoir plus d'un variant de polyadénylation d'un ARNm.

Des mutations au site de polyadénylation se produisent également. Le transcrit d'ARN primaire d'un gène est clivé au site d'addition poly-A, et 100 à 200 A sont ajoutés à l'extrémité 3' de l'ARN. Si ce site est altéré, une construction d'ARNm anormalement longue et instable sera formée.

Transports Modifier

Une autre différence entre les eucaryotes et les procaryotes est le transport de l'ARNm. Étant donné que la transcription et la traduction eucaryotes sont séparées par compartiments, les ARNm eucaryotes doivent être exportés du noyau vers le cytoplasme, un processus qui peut être régulé par différentes voies de signalisation. [4] Les ARNm matures sont reconnus par leurs modifications traitées puis exportés à travers le pore nucléaire en se liant aux protéines cap-binding CBP20 et CBP80, [5] ainsi qu'au complexe transcription/export (TREX). [6] [7] De multiples voies d'exportation d'ARNm ont été identifiées chez les eucaryotes. [8]

Dans les cellules spatialement complexes, certains ARNm sont transportés vers des destinations subcellulaires particulières. Dans les neurones matures, certains ARNm sont transportés du soma aux dendrites. Un site de traduction de l'ARNm se trouve au niveau des polyribosomes localisés sélectivement sous les synapses. [9] L'ARNm pour Arc/Arg3.1 est induit par l'activité synaptique et se localise sélectivement près des synapses actives sur la base des signaux générés par les récepteurs NMDA. [10] D'autres ARNm se déplacent également dans les dendrites en réponse à des stimuli externes, tels que l'ARNm de la -actine. [11] Lors de l'exportation du noyau, l'ARNm de l'actine s'associe à ZBP1 et à la sous-unité 40S. Le complexe est lié par une protéine motrice et est transporté vers l'emplacement cible (extension des neurites) le long du cytosquelette. Finalement, ZBP1 est phosphorylée par Src afin que la traduction soit initiée. [12] Dans les neurones en développement, les ARNm sont également transportés dans les axones en croissance et en particulier les cônes de croissance. De nombreux ARNm sont marqués de « codes postaux », qui ciblent leur transport vers un emplacement spécifique. [13]

Traduction Modifier

Comme l'ARNm procaryote n'a pas besoin d'être traité ou transporté, la traduction par le ribosome peut commencer immédiatement après la fin de la transcription. Par conséquent, on peut dire que la traduction procaryote est accouplé à la transcription et se produit co-transcriptionnellement.


Une seule molécule d'ARNm peut-elle fabriquer plus d'une protéine ?

Je ne veux pas dire plus d'un type de protéine, mais je veux connaître le nombre de protéines (du même type) qui peuvent être fabriquées à partir d'une molécule d'ARNm. J'ai vu quelque part que de nombreuses protéines peuvent être fabriquées à partir d'une seule molécule d'ARNm, donc je suis un peu confus quant à ce que cela signifie.

Oui, l'ARNm est souvent traduit plusieurs fois par les ribosomes. Dans certains cas, ils forment même des structures de "ligne d'assemblage" où plusieurs ribosomes sont chargés sur l'ARNm en même temps.

Absolument. L'ARNm n'est pas consommé par le processus de synthèse des protéines et peut être utilisé plusieurs fois. La principale limitation est la durée de vie de l'ARNm lui-même. L'ARN n'est pas une molécule super stable en général, et la cellule produit délibérément des enzymes qui la décomposent plus rapidement pour garder le contrôle de sa synthèse protéique. Vous pouvez imaginer que si un seul ARNm pouvait rester indéfiniment traduit en protéine, la cellule n'arrêterait jamais de fabriquer cette protéine, même si elle n'était plus nécessaire. De ce fait, les ARNm dans un corps humain sont détruits en quelques heures, ou en quelques jours tout au plus, selon la séquence et la structure de l'ARNm. C'est suffisant pour faire des dizaines ou des centaines de copies de la protéine, mais cela ne dure certainement pas éternellement.


Préparation de la bibliothèque Illumina

Lors du démarrage d'une expérience RNA-seq, pour chaque échantillon, l'ARN doit être isolé et transformé en une bibliothèque d'ADNc pour le séquençage. Le flux de travail général pour la préparation de la bibliothèque est détaillé dans les images étape par étape ci-dessous.

Brièvement, l'ARN est isolé de l'échantillon et l'ADN contaminant est éliminé avec de la DNase.

L'échantillon d'ARN subit alors soit une sélection de l'ARNm (sélection polyA) soit une déplétion de l'ARNr. L'ARN résultant est fragmenté.

Généralement, l'ARN ribosomique représente la majorité des ARN présents dans une cellule, tandis que les ARN messagers représentent un faible pourcentage de l'ARN total,

2% chez l'homme. Par conséquent, si nous voulons étudier les gènes codant pour les protéines, nous devons enrichir en ARNm ou épuiser l'ARNr. Pour l'analyse différentielle de l'expression génique, il est préférable d'enrichir en Poly(A)+, à moins que vous ne cherchiez à obtenir des informations sur les ARN longs non codants, puis effectuez une déplétion d'ARN ribosomique.

La taille des fragments cibles dans la bibliothèque finale est un paramètre clé pour la construction de la bibliothèque. La fragmentation de l'ADN est généralement effectuée par des méthodes physiques (c'est-à-dire cisaillement acoustique et sonication) ou des méthodes enzymatiques (c.

L'ARN est ensuite rétrotranscrit en ADNc double brin et des adaptateurs de séquence sont ensuite ajoutés aux extrémités des fragments.

  • Avant (second brin) - les lectures ressemblent à la séquence du gène ou à la séquence d'ADNc du second brin
  • Inverse (premier brin) - les lectures ressemblent au complément de la séquence du gène ou de la séquence d'ADNc du premier brin (TruSeq)
  • Non échoué

Enfin, les fragments sont amplifiés par PCR si nécessaire, et les fragments sont sélectionnés par taille (généralement

300-500bp) pour finir la librairie.


Contributeurs à la synthèse de protéines

Pour créer l'extension de code copiée (transcription), nous avons besoin d'enzymes appelées ARN polymérases. Ces enzymes rassemblent des molécules d'ARN messager (ARNm) flottant librement à l'intérieur du noyau et les assemblent pour former les lettres du code. Chaque lettre du code ADN a sa propre clé et chaque nouvelle lettre formée par l'ARNm porte un verrou qui convient à cette clé, un peu comme l'ARNt.

Notez que nous parlons de lettres. C'est important. À l'intérieur du noyau, le code ADN n'est pas compris, simplement copié et transcrit. La compréhension du code en épelant les mots formés par ces lettres – la traduction – se fait à un stade ultérieur.

L'ARN polymérase doit trouver et apporter la molécule d'ARNm appropriée pour chaque base azotée sur le brin matrice. Les molécules d'ARNm sélectionnées se lient pour former une chaîne de lettres. Finalement, ces lettres épeleront l'équivalent d'une phrase. Chaque phrase représente un produit (polypeptide) spécifique. Si la recette n'est pas exactement suivie, le produit final peut être complètement différent ou ne pas fonctionner aussi bien qu'il le devrait.

Messenger RNA est maintenant devenu le code. Il se rend au prochain groupe de contributeurs importants qui fonctionnent comme des usines de fabrication. Les ribosomes se trouvent à l'extérieur du noyau cellulaire, soit dans le cytoplasme cellulaire, soit attachés au réticulum endoplasmique rugueux. Ce sont les ribosomes qui rendent le réticulum endoplasmique « rugueux ».

Un ribosome est divisé en deux parties et le brin d'ARNm le traverse comme un ruban à travers une machine à écrire à l'ancienne. Le ribosome reconnaît et se connecte à un code spécial au début de la phrase traduite - le codon de départ. Les molécules d'ARN de transfert pénètrent dans le ribosome, apportant avec elles des ingrédients individuels. Comme pour tous ces processus, des enzymes sont nécessaires pour établir les connexions.

Si chaque codon d'ARNm a un verrou, l'ARNt possède les clés. La clé d'ARNt d'un codon d'ARNm est appelée anticodon. Lorsqu'une molécule d'ARNt détient la clé qui correspond à un code à trois bases nucléiques, elle peut ouvrir la porte, laisser tomber sa charge (un acide aminé) et quitter l'usine de ribosomes pour collecter une autre charge d'acides aminés. Ce sera toujours le même type d'acide aminé que l'anticodon.

L'ARN messager se déplace le long du ribosome comme sur un tapis roulant. Au codon suivant, une autre molécule d'ARNt (avec la bonne touche) apporte l'acide aminé suivant. Cet acide aminé se lie au précédent. Une chaîne d'acides aminés liés commence à se former – une chaîne polypeptidique. Une fois terminée, cette chaîne polypeptidique est un produit final précis fabriqué selon les instructions du livre de recettes d'ADN. Pas une tarte ou un gâteau mais une chaîne polypeptidique.

La fin du processus de traduction du code de l'ARNm est signalée par un codon stop. Les codons de démarrage et d'arrêt ne codent pas pour les acides aminés mais indiquent à l'ARNt et au ribosome où une chaîne polypeptidique doit commencer et se terminer.

Le produit fini - le polypeptide nouvellement synthétisé – est libéré dans le cytoplasme. De là, il peut voyager partout où il est nécessaire.


Avantages

Les avantages des vaccins à ARNm par rapport aux approches conventionnelles sont 1 :

  • Sécurité : les vaccins à ARN ne sont pas fabriqués avec des particules d'agent pathogène ou un agent pathogène inactivé, ils ne sont donc pas infectieux. L'ARN ne s'intègre pas dans le génome de l'hôte et le brin d'ARN du vaccin est dégradé une fois la protéine fabriquée.
  • Efficacité : les premiers résultats des essais cliniques indiquent que ces vaccins génèrent une réponse immunitaire fiable et sont bien tolérés par les individus sains, avec peu d'effets secondaires.
  • Production : les vaccins peuvent être produits plus rapidement en laboratoire dans un processus qui peut être standardisé, ce qui améliore la réactivité aux épidémies émergentes.

Biologie du développement. 6e édition.

La régulation de l'expression des gènes ne se limite pas à la transcription différentielle de l'ADN. Même si un transcrit d'ARN particulier est synthétisé, rien ne garantit qu'il créera une protéine fonctionnelle dans la cellule. Pour devenir une protéine active, l'ARN doit être (1) transformé en un ARN messager par l'élimination des introns, (2) transloqué du noyau vers le cytoplasme et (3) traduit par l'appareil de synthèse de protéines. Dans certains cas, la protéine synthétisée n'est pas sous sa forme mature et (4) doit être modifiée post-traductionnellement pour devenir active. La régulation peut se produire à n'importe laquelle de ces étapes au cours du développement.

L'essence de la différenciation est la production de différents ensembles de protéines dans différents types de cellules. Chez les bactéries, l'expression différentielle des gènes peut être effectuée au niveau de la transcription, de la traduction et de la modification des protéines. Chez les eucaryotes, cependant, il existe un autre niveau de régulation possible, à savoir le contrôle au niveau du traitement et du transport de l'ARN. Le traitement différentiel de l'ARN peut réguler le développement de deux manières principales. Le premier implique la �nsure” dont les transcrits nucléaires sont transformés en messages cytoplasmiques. Ici, différentes cellules peuvent sélectionner différents transcrits nucléaires à traiter et à envoyer au cytoplasme en tant qu'ARN messager. Le même pool de transcrits nucléaires peut ainsi donner naissance à différentes populations d'ARNm cytoplasmiques dans différents types de cellules (figure 5.26A). Le deuxième mode de traitement différentiel de l'ARN est l'épissage des précurseurs de l'ARNm en messages pour différentes protéines en utilisant différentes combinaisons d'exons potentiels. Si un précurseur d'ARNm avait cinq exons potentiels, une cellule pourrait utiliser les exons 1, 2, 4 et 5, une cellule différente pourrait utiliser les exons 1, 2 et 3 et un autre type de cellule pourrait utiliser une autre combinaison (Figure 5.26B). Ainsi, un gène peut créer une famille de protéines apparentées.

Graphique 5.26

Rôles du traitement différentiel de l'ARN au cours du développement. (A) Sélection d'ARN, dans laquelle les mêmes ARN nucléaires sont fabriqués dans deux types de cellules, mais l'ensemble qui devient des ARN messagers cytoplasmiques est différent. (B) Épissage différentiel, par lequel le même nucléaire (plus. )


Étapes d'expression génique

Les étapes d'expression des gènes, comme déjà mentionné, peuvent être trouvées plus en détail sur la page synthèse des protéines. Tout gène qui code pour une séquence d'acides aminés qui produit une chaîne polypeptidique ou une protéine est appelé gène de structure.

L'image ci-dessous montre une roue de codon. Les codons d'ARN messager sont constitués d'une combinaison de trois des bases nucléiques suivantes :

Un large éventail de combinaisons donne des codes pour un ou plusieurs acides aminés, ainsi que pour les signaux de démarrage et d'arrêt mis en œuvre pendant le processus de traduction. Par exemple, AAA – partant du centre de la roue de codons et se déplaçant vers l'extérieur – code pour l'acide aminé lysine (Lys).

Les gènes structurels ont divers composants :

  • Site de départ : la première partie d'un gène qui indique à l'ARN messager quand et où commencer le processus de transcription.
  • Promoteur : ne fait pas partie du transcrit de l'ARNm mais une partie qui aide à sa formation.
  • Enhancers : catalyseurs qui accélèrent le taux de transcription.
  • Silencers : décélérateurs du taux de transcription. Certaines protéines sont produites à certains moments, comme pendant la puberté ou le développement fœtal, des séquences silencieuses empêchent la production de ces protéines lorsqu'elles ne sont pas nécessaires.
  • Exons : partie du gène qui code les séquences d'acides aminés.
  • Introns : parties non codantes du gène qui ne sont pas transcrites par l'ARN messager mais épissées avant que l'ARNm ne quitte le noyau. Un intron est une partie régulatrice et protectrice d'un gène de structure.

L'expression génique est spécifique à la transcription et à la traduction de séquences de gènes d'ADN chez les eucaryotes et les procaryotes. Alors que l'expression des gènes eucaryotes se produit à l'intérieur et à l'extérieur du noyau cellulaire en deux étapes distinctes, l'expression des gènes procaryotes se produit presque simultanément dans l'ADN flottant dans le cytoplasme cellulaire.

Les quatre étapes de transcription suivantes décrivent les processus eucaryotes.

  • Initiation : un double brin d'ADN se divise de sorte qu'une enzyme (ARN polymérase) puisse reconnaître le site de départ et se fixer au promoteur.
  • Élongation : l'ARN polymérase se déplace le long du brin ouvert d'ADN pour produire un brin croissant de pré-ARNm.
  • Terminaison : le brin fini de pré-ARNm se détache de l'ADN.
  • Traitement : les introns sont épissés (par des spliceosomes) et les exons sont joints pour produire un ARNm mature qui code pour une seule protéine.

La traduction est l'étape de suivi de la transcription, elle est également composée de quatre étapes d'expression génique portant le même nom :

  • Initiation : le brin d'ARNm quitte le noyau cellulaire et se lie à un ribosome. Les ribosomes peuvent être comparés à des machines de chaîne d'assemblage dans une usine qui produisent le produit final - des protéines ou des chaînes polypeptidiques. Une première molécule d'ARN de transfert se fixe au ribosome sous la forme d'un codon d'initiation. Chaque ARN de transfert (ARNt) porte un seul acide aminé qui correspond à chaque codon d'ARNm. Un codon d'initiation porte l'acide aminé méthionine.
  • Élongation : plus de molécules d'ARNt apportent des acides aminés spécifiques à la section appropriée de l'ARNm. Cet ARNm traverse le ribosome un peu comme un ruban dans une vieille machine à écrire. Les acides aminés sont liés les uns aux autres par une enzyme appelée peptidyl transférase.
  • Terminaison : après avoir atteint un signal d'arrêt appelé codon d'arrêt, la phase de traduction se termine.
  • Traitement post-traduction : la protéine ou le polypeptide fini est utilisé soit à l'intérieur de la cellule, soit envoyé à l'extérieur de la cellule pour remplir sa fonction requise.


ARN messager - Expliqué


L'ARN messager est le type d'ARN nécessaire à la synthèse des protéines.

Dans cet article, nous décrirons comment les cellules de votre corps fabriquent des protéines du début à la fin, afin que vous puissiez connaître le processus de synthèse des protéines et le rôle individuel et vital de l'ARN messager (ARNm) dans ce processus.

Alors, comment votre corps produit-il des protéines ?

Comment le corps produit-il des protéines ? Nous allons y revenir maintenant.

Le corps produit des protéines au niveau cellulaire. Chaque cellule du corps est équipée de tous les organites nécessaires à la synthèse des protéines. L'organite terminal qui fabrique les protéines sont les ribosomes. Mais avant d'atteindre les ribosomes, qui constituent le produit final complet de la protéine, le processus commence dans le noyau de la cellule.

Le noyau contient les gènes nécessaires à la fabrication de protéines

Le processus commence dans le noyau de la cellule, car le noyau contient les gènes, qui contiennent les informations nécessaires à la fabrication de protéines fonctionnelles.

Le processus de passage du gène à la protéine se compose de deux étapes principales, qui sont la transcription et la traduction. Le flux d'informations de l'ADN à l'ARN aux protéines est si important pour la biologie qu'il est souvent appelé le dogme central de la biologie moléculaire.

Transcription

La transcription est le processus par lequel les informations de l'ADN du gène dans le noyau sont transférées à une molécule similaire appelée ARN. Le type d'ARN qui contient des informations pour la synthèse des protéines est appelé ARN messager. Vous pouvez le considérer comme un messager, car il transporte l'information, de l'ADN dans le noyau aux ribosomes dans le cytoplasme. Encore une fois, la transcription est le processus par lequel l'ARN messager est créé, qui se rendra aux ribosomes et délivrera le message vital des gènes nécessaires à la fabrication des protéines.

Traduction

La prochaine étape après la transcription est la traduction. C'est l'étape où l'ARNm entre en contact avec les ribsomes, qui lit la séquence des bases d'ARNm. Une section de l'ARNm constituée d'une séquence de 3 bases est appelée un codon, qui code normalement pour un seul acide aminé. Les protéines sont de longues chaînes d'acides aminés assemblées. Un type d'ARN, appelé ARN de transfert (en abrégé ARNt), assemble la protéine, un acide aminé à la fois (ou 3 bases à la fois). Il le fait jusqu'à ce qu'il rencontre un codon "stop". Cela lui dit d'arrêter de mettre des chaînes d'acides aminés ensemble. La construction de la protéine est maintenant terminée. Ainsi, il s'arrêtera.

Vous trouverez ci-dessous une illustration d'un ARN messager synthétisé en une protéine.


Voir la vidéo: De lADN à lARNm (Août 2022).